Lave_par_humilité_4_performance_JARIKU_U
Lavé par l'Humilité
Performance
Rencontre internationale de la Performance de Besançon
Insitut des Beaux-Arts de Besançon - ISBA
2011

Note: Cette performance a été effectuée devant

un public adulte venant assister au festival.

La consultation de cette performance

est réservée au plus de 16 ans pour

ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes.

 INTRODUCTION

      Pour le festival Excentri-cités, je suis invité à présenter une performance dans le jardin intérieur de l'Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon.
Cette performance est née au début de ma vie d'artiste et de ma pratique de performance en 2011, je ne disposais pas encore de la capacité
à comprendre exactement les performances que je créais, elles étaient encore très spontanées, certaines personnes ayant vu des images
de cette performance m'ont parlé de sexualité, il est important de savoir qu'il n'y avait pas de ma part comme de celle des participants
ce genre de recherche pendant la performance; je dirais au contraire 
qu'il y avait même quelque chose de profondément spirituelle ou émotionnelle.
 
Certaines des personnes qui ont participé à cette performance m'ont remerciés en m'expliquant qu'elles avaient vécues un moment vraiment particulier. Aujourd'hui suite à mon cheminement en tant que disciple du Christ, je ne referai plus cette performance car dénudant des corps elle peut créer
une forme d'impudicité pour les participants et spectateurs ou une occasion de chute. Cependant je souhaite souligner qu'il y avait une réelle forme d'innocence lors de la réalisation de cette performance, j'assume donc entièrement ce passé.



LA PERFORMANCE 

            Au moment où je pense cette performance de nombreuses choses se bousculent en moi. Tout d'abord, je suis très touché et attristé par nos rapports humains où l'on a parfois l'impression de se collectionner les uns les autres plutôt que de s'aimer. Loin d'une forme d'amour pur des générations passées, nous sommes influencés par les séries américaines de 90's et cette vague qui nous pousse à "consommer" l'autre...

Ma vision idéaliste, mes propres expériences amoureuses et la façon dont les gens s'utilisent les uns les autres à Paris me fait beaucoup réfléchir;
je suis partagé entre l'envie d'être aussi un collectionneur et à l'inverse d'être dans une vision de la tendresse et de la rencontre plus pure.
J'étais dans une période où je m'intéressais au geste de tendresse dans le royaume animal, 
ainsi qu'à l'acte de laver l'autre.
Le personnage de Marie Madeleine connue comme pécheresse public lavant les pieds du Christ et celui des animaux qui nettoient leurs petits à coups
de langue m'avaient questionnés: 

Pourquoi avons-nous peur de recevoir ou donner des gestes de tendresse et/ou de lavage de l'autre?
Comment en sommes nous arrivés dans un monde où il est plus facile d'avoir un "plan d'un soir" que de la sincère tendresse d'un autre être humain?

Qu'il s'agisse du lavage corporel et physique ou du lavage spirituel comme la confession ou la prière, ce sujet m'intéressait beaucoup. 
 
Dans ce jardin au sein de l'ISBA de Besançon, je décide de lécher plusieurs personnes ayant accepté ce protocole :

1 - Elles sont entièrement nues ou demi-nues en public (selon leur propre volonté).

2 - Je lèche l’intégralité de leurs corps de façon méthodique et pragmatique comme un acte important.
Je n'entretiens aucune ambiguïté sexuelle pendant la performance, il s'agit d'un moment spécial comme un rite de purification.

3 - Je me dirige vers une table où sont disposés des pots vides. Je crache la salive récoltée en léchant une personne dans le pot.

4 - Ensuite je demande son prénom à cette personne, le note sur le pot puis me désinfecte la bouche et recommence le procédé avec la personne suivante. 

Arrivé à terme des participants prévus, je demande au public non prévenu: Qui désire se faire collectionner?
Certains se proposent...

La scène est perturbante tout en étant poétique.

On cherche à comprendre s'il s'agit d'une sorte de baptême, d'un lavage, d'un rite primitif, de l'idée de garder une trace de ses rencontres...
Entre critique du système, geste premier de tendresse, "lèche animal" et questionnement sur ce lavage du corps et de l'âme.
Qui est celui qui se soumet à l'autre, qui se donne, celui qui lèche un inconnu ou celui qui se dénude publiquement?

Lavé par l'humilité est une performance qui questionne les tabous dans nos codes sociaux et ce qu'on doit vraiment laver dans nos rapports humains.